Prière vers la connaissance divine

 

« Je vous invoque, Dieu de toute consolation, Vous qui ne trouvez en nous que Vos propres dons, pour qu’au terme de cette vie, Vous daignez me donner la connaissance de la Vérité première, la jouissance de la divine Majesté. Donnez aussi à mon corps, ô généreux Rémunérateur, la beauté de la clarté, la promptitude de l’agilité, la pénétration de la subtilité, la force de l’impassibilité. Ajoutez-y l’abondance des richesses, l’affluence des délices, l’accumulation des biens, afin que je puisse me réjouir au-dessus de moi de Votre consolation, au-dessous de moi de la douceur du séjour, au-dedans de moi de la glorification de mon corps et de mon âme, auprès de moi de l’exquise compagnie des anges et des hommes. Qu’auprès de Vous, Père très clément, je trouve pour mon esprit les illuminations de la sagesse, pour ma sensibilité l’accomplissement de mes désirs, pour mes puissances de combat la gloire du triomphe ; auprès de Vous, dis-je, là où est l’absence de tout péril, la variété des demeures, la concorde des volontés ; là où est la douceur du printemps, la lumière de l’été, la fertilité de l’automne, et le repos de l’hiver. Donnez-moi, Seigneur Dieu, la vie qui ne connait plus la mort, la joie qui est sans douleur, là où réside la souveraine liberté, la livre sécurité, la sûre tranquillité, la joyeuse félicité, l’heureuse éternité, l’éternelle béatitude, la vision et la louange de la vérité : Dieu. Ainsi soit-il. »
Saint Thomas d’Aquin (1225-1274)

Ce contenu a été publié dans dieu, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *