Prière à Sainte Catherine de Sienne pour la Trinité

 

« Ô Trinité éternelle, ô Déité, qui,

par l’union de votre nature divine,

avez donné un si grand prix au sang de votre Fils unique.

Ô Trinité éternelle, vous êtes une mer profonde

où plus je me plonge, plus je vous trouve, et plus je vous trouve,

plus je vous cherche.

Vous êtes inépuisable, et en rassasiant l’âme dans vos profondeurs,

vous ne la rassasiez jamais ; elle est toujours affamée de vous, éternelle Trinité ;

elle désire vous voir avec la lumière dans votre lumière.

Comme le cerf soupire après l’eau vive des fontaines,

mon âme désire sortir de l’obscure prison de son corps

pour vous voir dans la vérité de votre Etre.

Combien de temps encore votre visage sera-t-il caché

à mes regards, ô éternelle Trinité.

Feu et abime de charité, dissipez donc ce nuage de mon corps,

car la connaissance que vous m’avez donnée

de vous-même dans votre Vérité m’a fait violemment désirer

de déposer le fardeau de mon corps,

et de donner ma vie pour l’honneur et la gloire de votre nom.

J’ai gouté et j’ai vu avec la lumière de l’intelligence,

dans votre lumière, l’abime de votre Trinité éternelle

et la beauté de votre créature.

En me regardant en vous,

j’ai vu que j’étais votre image, puisque vous m’avez fait participer à votre puissance.

Ô Père éternel, vous avez communiqué à mon intelligence

la sagesse qui appartient à votre Fils unique,

et le Saint-Esprit, qui procède de vous et de votre Fils,

m’a donné la volonté qui me rend capable d’aimer.

Ô Trinité éternelle, vous êtes le Créateur ;

je suis votre créature, et j’ai connu, par la création nouvelle,

que vous m’avez donnée dans le sang de votre Fils,

combien vous vous êtes passionné pour la beauté de votre créature.

Ô Abime, ô Déité éternelle, ô Mer profonde,

pouvez-vous me donner plus qu’en vous donnant vous-même ?

Revêtez-moi, revêtez-moi de vous-même, éternelle Vérité,

afin que je parcoure cette vie mortelle avec la véritable obéissance

et la lumière de la sainte foi, dont vous enivrez de plus en plus mon âme.

Grâces à Dieu. Amen. »

Ce contenu a été publié dans saints, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *